Gréement et voile pour canoë

Attention, page en construction…

Contexte

Je possède un canoë Old Town Guide 147. Mon terrain de jeu, l‘Erdre, se prête bien à la voile… alors pourquoi se contenter de pagaie ?

Pour faire un gréement pour canoë, plusieurs solutions s’esquivent :

  • le kit tout fait de Sailsboattogo. Problème : ça coûte un peu cher de le faire venir des États-Unis.
  • le truc à faire soi-même. C’est la solution que j’ai retenu.

Choix du Gréement

Plusieurs gréement peuvent convenir pour un canoë : voile latine, voile au tiers, gréement houari/marconi ou voile à livarde d’optimist

Voile Latine

Voile Latine

voile au tiers

voile au tiers

voile marconi

Optimist

Optimist

Avantages de la voile latine par rapport aux autres

  • Facilité de fabrication : deux espars, une voile
  • Adapté pour la Meditérannée, où les vents sont très variable. Sur l’Erdre c’est un peu la même chose : des vents peu forts mais très variables
  • Possibilité de ramer pour renforcer l’action de la voile, sans être trop gênée par celle-ci
  • Centre de gravité assez bas, donc meilleure stabilité et pas de haubans
  • pas de bôme (merci la tête)
  • Rangement rapide
  • Beauté : très subjectif, mais les silhouettes de bateau à voile latine sont vraiment sympathique 🙂
  • possibilité d’avoir une personne sur le siège devant ? (à vérifier)

Inconvénient

  • moins efficace, notamment au près et à la mauvaise main
  • plus limité en cas de fort vent… mais est-ce le but de faire du canoé à voile par gros temps ?

Avantage de la voile d’Optimist

Au départ j’étais parti sur une voile latine, mais finalement j’ai opté pour une voile d’optimist, par pragmatisme :

  • voile adaptée aux débutants, contrairement à la voile latine qui est plus difficile à manier
  • voile très facile à trouver d’occasion, l’Optimist étant très courant. Les voiles latines sont pratiquement introuvable, il faut la faire soi-même
  • pas de haubans
  • possibilité de moduler : foc, deuxième voile, flèche, etc. comme on peut le voir sur cette photo
canoé avec gréement goelette

canoé avec gréement goelette

 

Description du système

Je ne veux pas toucher à la structure du canoë ; le système ne doit pas nécessiter de perçage, collage ou autre. Le gréement sera donc indépendant du canoë.

La solution retenu est un gréement à livarde. Une voile d’Optimist, et un gréement en bambous un peu différent de l’original, comme conseillé par Michel Salvadori dans son livre « En canoé, de la rivière à la mer ».

Le système comprend plusieurs éléments : le gréement en lui-même, un plan de dérive, un gouvernail ainsi que des flotteurs

Le gréement

Les espars

la voile à livarde comporte trois espars : le mât, une bôme et une livarde qui tend la voile. Pour fixer le mât au canoé, je reprend le système de Sailsboat to Go en l’adaptant un peu

Le mât, la livarde et la bôme sont constituées d’un bambou, 3m pour 3cm de diamètre environ. Je suis les règles de classe de l’Optimist pour les dimensions.

La voile

C’est une voile d’optimist, récupéré d’occasion pour 80€

129430030030392

Le plan de dérive

Ayant très peu de fond, je choisis d’avoir deux dérives de dimension 60x25cm, 15mm d’épaisseur, en bois massif (3 couches de vernis marin). Ceci correspond à la même surface qu’une dérive d’Optimist.

Les dérives sont mobile sur un axe assez bas, presque au niveau de l’eau, et un bout + taquet pour les maintenir en position.

Le gouvernail

Il est possible d’utiliser la voile avec une pagaie classique, mais il faut être deux, et diriger demande du muscle ! Après avoir testé une dame de nage sur une planche, j’ai installé un vrai gouvernail.

Je reprend l’idée d’une photo trouvée sur le forum Song of the Paddle et un gouvernail d’occasion, mais je l’adapte un peu, notamment en renforçant avec une équerre en métal le bout :

IMG_9284IMG_9287

 

Dimension du safran:

40146efae623da3ef41effe292f7d5e64bf797b5

Les flotteurs

Deux systèmes de flotteurs sont envisagés :

  • le plus simple : un tuyau de PVC de chaque côté du canoë
  • le plus beau : des flotteurs en Polystyrène ou mousse enduit de résine epoxy.

L’option sans flotteur fonctionne également… mais donne quelque sueur froide en cas de rafales ! Pour le moment j’ai donc décidé de ne pas en mettre, les dérives stabilisent suffisamment le système.

Accastillage

TODO attache de la Livarde.

Prévoir un bout de diamètres 5/6mm pour l’écoute, longueur 4m.

clam-alu-moyen-ouvert-tribordJe conseille également d’installer des taquets coinceurs pour maintenir la voile, c’est pas indispensable mais nettement plus pratique :

 

 

 

Conclusion

Par petit vent, le canoé tient bien, même s’il à tendance à loffer, et sans flotteurs. Les bambous sont une très bonne solution : ils amortissent très nettement les rafales, ce qui est très appréciable avec les vents changeants de l’Erdre. Les dérives sont tout juste suffisante, mais elles ont tendances à remonter, le système est donc à perfectionner.

Sans gouvernails il faut être deux : un qui maitient le cap à la pagaie, et un autre qui gère la voile.

Bibliographie

  • Site web de Sailsboa to go : Pas mal de photo de détail sur leur produit. De bonnes idées à reprendre
  • site web multivoiledeloire : vidéo du kit Sailsboat to go sur la loire
  • site web de la canoterie : images d’une voile latine sur un canoë : précisément ce que je compte faire.
  • livre « En canoë de la rivière à la mer », de Michel Salvadori (édition du Chasse-Marée) : plein d’info sur le canoë. C’est un peu la bible du canoéiste, il m’a beaucoup servi, pour la construction avec de nombreux croquis et dimension, mais aussi pour la pratique du canoé.
  • Le parlé pointu et l’envoi de la voile latine : description des termes utilisés en voile latine. On trouve notamment les proportions des gréements pour les pointu, fameux bateau à voile latine.
  • la page « voile latine » sur le site des pointus d’Antibes, très semblable au lien précédent : description de la voile latine, et surtout lien vers ce document :
  • Utilisation de la voile latine de François Beaudouin (PDF probablement tiré d’un livre aux éditions du chasse-marée) : Très très intéressant sur l’utilisation de la voile latine !
  • document trouvé sur internet, apparemment de Ronan Merlateau, sur la fabrication de voile. Décrit assez bien la voilure.
  • site web canoevoile.over-blog.com avec des photos de canoé avec voile à livarde + foc
  • Règle de classe le l’Optimist, qui indique toutes les dimensions exactes
  • site web Song of the Paddle : communauté anglo-saxonne sur le canoé, à voile ou pas. Le forum est très riche en information (pagayage, voile, bivouac, etc.)

Trackback URL

Comments are closed.